Petite info :

 

 

Dans la presse

 

 

 

Actualité Hazebrouck 

Virginie Dubois

Musée de la radio à vous l'antenne !

ON EN PARLE

Dimanche 20.07.2012 - La Voix du Nord

Un petit bijou de musée a ouvert ses portes hier. Celui dédié à la radio, à Boeschèpe. Trois cents postes y retracent l'évolution de la TSF. L'ouvre d'un Lillois, Didier Parent. À visiter.

Vinyles, plaques publicitaires et autre objets liés à la radio rendent le lieu encore plus agréable, coloré, chaleuruex. Ajoutez les sons particuliers des vieux postes. le visiteur plonge dans le passé

Le musée a ouvert au 26, rue de Poperinge, à quelques pas de la place de Boeschepe. La maison appartient à l'un des adhérents de l'association du musée de la radio, « ça aide ! », lance Didier Parent. Les 300 pièces emplissent quatre salles. Didier par an en encore. 1200 à exposer !

Vendredi soir, lors de l'inauguration, amis, élus, membres de l'association se laissent aller à des discussions de spécialistes ou de profanes, tous interpellé par la richesse du musée.

L'endroit se veut pédagogique. Chaque objet est accompagnée d'une explication écrite. Didier Parent offre des visites guidées et réponse à toutes les questions des visiteurs, sans se faire prier.

L'homme aux commandes porte une cravate aux motifs de transistors. C'est dire l'emballement de Didier Parent pour la radio. Il a dédié un musée. Inauguré vendredi est ouvert depuis hier. 300 postes à galène, à lampes, à transistors est aussi photographe, quelques téléviseurs. des pièces soigneusement exposé, en état de marche, passé entre les doigts d'or de l'ancien dépanneur en radio télévision. « mais elle demandent parfois une à deux minutes de chauffer avant de fonctionner. » un homme modeste. Didier Parent. « il ne le dit pas, mais c'est lui qui les a toutes réparées ». glisse Jean-Claude Thery, de Saint-Amand-les-Eaux. Ex-collègue de Didier. Une poignée d'élus, amis et membres de l'association du musée ont profité de la visite le en avant-première. Didier Parent raconte, tout. Où les postes ont été fabriquées, quand, les prix, les matières, les modes. « j'ai oublié celui-là, ce poste haut-de-gamme, de 1926, on le trouvait dans les châteaux. » le plus ancien modèle date de 1922. Le plus récent, des années quatre-vingt. De vieilles plaques publicitaires complètes ensemble. La plaque du musée vante « l'harmonie » du lieu. C'est vrai qu'est ce n'est pas pour déplaire au maire, Pierre Bourgeois : « pour nous, c'est un atout fantastique, je suis bluffé ! Je vais amener mon papa ici, il a 83 ans » le lieu offre un exceptionnel voyage dans le temps.

En bois, en ébonite, en bakélite, en matière plastique. Les radios en tout genre ont été remises en état de marche par Didier Parent. Il aimerait d'ailleurs proposer des stages de restauration de Postes

 

Rue de Poperinge à Boeschèpe. Ouvert les samedi et dimanche, d 15h à 18h, jusqu'au 30 septembre (il rouvrira en mai) Tarifs 5€, réduit 3€, gratuit pour les -12 ans tel 06 20 33 13 59

Tiré du journal de la Voix du Nord